Formulaire de contact

Agenda

Paris, 8 juillet 2019

Ecrit par Adéline Barnault, journaliste-citoyenne chez e-graine

Mardi 25 juin a eu lieu à la mairie du 20ème arrondissement l’évènement « Cap sur les nouveaux métiers » organisée par e-graine Île-de-France, une journée interprofessionnelle des acteurs de l’emploi et de la transition.

La transition écologique est dans la bouche de tout le monde, et les interrogations sur l’avenir se multiplient. Mais la question plus cruciale reste ‘face à cette crise environnementale, quel travail je peux faire ?’. C’est ainsi que « Cap sur les nouveaux métiers de la transition a vu le jour « , nous raconte Caroline Sulie, coordinatrice pédagogique d’e-graine Île-de-France, « justement pour informer et former les jeunes dans des métiers en lien avec des enjeux verts et citoyens ».

A l’origine de cette journée, une volonté commune d’e-graine Île-de-France, de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Île-de-France (DRDJSCS IDF), de la direction régionale et interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie (DRIEE IDF) et de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie d’Île-de-France (ADEME IDF) d’oeuvrer depuis 2016 pour faire des métiers de la transition un levier pour l’insertion professionnelle des jeunes.

e-graine travaille depuis 2010 avec des structures d’insertion. L’objectif est de favoriser l’insertion socio-professionnelle des jeunes et de créer des ponts entre les acteurs de l’emploi, de l’insertion, de la formation et de la transition. C’est ainsi qu’a été mis en place le dispositif pédagogique : le rallye des métiers.

Mais qu’est-ce que c’est le rallye des métiers ?

« C’est une semaine nationale des métiers de la transition » explique Caroline Sulie, « pendant laquelle des structures de l’insertion mettent en lumière les métiers de la transition pour donner l’envie aux jeunes de se former dans ces métiers ». L’intérêt d’une telle action est de montrer aux jeunes la réalité du terrain qui doit être actualisée à l’aune des enjeux de développement durable. Cela leur permet également de construire un projet de formation et donc un projet professionnel adapté à la réalité du terrain et aux besoins des entreprises. Car ce qui émerge de nombreuses discussions entre les participants à cette journée, c’est le décalage entre les formations « classiques » et les débouchés professionnels. Il est important de faire coïncider ces deux aspects afin de répondre aux enjeux de la transition et de favoriser l’intégration des jeunes sur le marché de l’emploi.

En effet, « il existe de nombreux métiers en forte tension, où les besoins sont connus mais où les travailleur.se.s manquent drastiquement, notamment dans le secteur du bâtiment » raconte Marie-Claire Ernesty de l’EA, « Ecoles des éco-activités« . « Il faut montrer aux jeunes l’intérêt de tels métiers, qu’ils vont au-delà de leur aspect technique, leur montrer que leur travail a du sens, qu’en travaillant ainsi ils œuvrent pour la planète » renchérit Isabelle Hanin de l’Escale.

L’objectif d’une telle action est double : faire le pont entre les acteurs de l’insertion professionnelle et les acteurs du développement durable, une bonne collaboration favorisant la compréhension des métiers de la transition.

L’expérience de l’Escale

ESCALE est un espace dynamique d’insertion qui accueille des jeunes âgés de 16 à 25 ans sans qualifications et expériences professionnelles pour qui l’accès à l’emploi est conditionné par des apprentissages préalables.

Ils ont organisé leur premier « rallye vert » en septembre 2018 au cours duquel ils ont visité deux structures : Sinergy Lab et l’EA. « Ces deux visites ont été très appréciées des jeunes qui se sont sentis considérés et respectés et ont même permis l’émergence de vocations. » rapporte Mamoudou Ba, animateur à Escale. Il ajoute « Les jeunes du centre ont eu plaisir à discuter avec les professionnels qui ont pris le temps de leur parler et de leur expliquer un métier et que ça vaut le coup de passer deux ans à se former ». En effet, « ce sont des jeunes qui ont souvent eu une mauvaise expérience avec l’Education Nationale, donc ce genre de journée leur permet de reprendre confiance dans les adultes et dans le système éducatif » renchérit Isabelle Hanin, de l’Escale. « L’intérêt d’une telle action est d’amener les jeunes à trouver un métier, quelque chose qui les intéresse car ils sont prêts à s’engager dans un métier qui fait sens pour eux, qui apporte une contribution pour sauver la planète, ils ont envie d’avoir une vie constructive» conclut-elle.

Le rallye des métiers prend tout son sens quand il est intégré dans le processus long de construction de parcours des participants.

Une telle journée permet de faire le bilan de ce qui a déjà été réalisé et de se tourner vers l’avenir. Ainsi e-graine souhaite dès le second semestre 2019 déployer le rallye des métiers sur plusieurs départements (Paris, 78, 91 et 93).

Ecrit par Adeline Barnault,journaliste citoyenne, bénévole e-graineElle se décrit : « une libraire ambulante à vélo »

Giulia Bertoluzzi

Laisser un commentaire